Un bâtiment inspiré des paysages d’Islande

D’énormes hexagones de verre rappelant un kaléidoscope recouvrent la façade de l’un des monuments les plus emblématiques d’Islande, la salle de concert Harpa, située dans la capitale, Reykjavik. Créé à la suite d’une étroite collaboration entre le studio d’architecture danois, Henning Larsen Architects, et l’artiste dano-islandais,Olafur Eliasson, le bâtiment se compose de milliers de panneaux de verre cristal coloré qui jouent avec la lumière et reflètent la mer.

Lauréat 2013 de l’un des prix d’architecture les plus prestigieux au monde, le Mies van der Rohe, décerné par la Fondation Mies van der Rohe et l’Union européenne, le design s’inspire des phénomènes naturels islandais. Selon le président du jury, Wiel Arets, « Harpa a capturé le mythe d’une nation – l’Islande – qui a consciemment agi en faveur d’un bâtiment culturel hybride au milieu de la récession en cours ».

Le bâtiment a été conçu à l’origine comme un investissement privé, faisant partie du plan de réaménagement de cette zone du port de Reykjavik, devenant une initiative publique à la suite de la crise économique islandaise et un symbole de reprise économique.

Avec une façade conçue par Eliasson, construite en « quasi-briques » de verre et rappelant les formations rocheuses basaltiques d’Islande, l’apparence de la salle de concert change en fonction de l’heure de la journée. Les autres éléments du bâtiment étaient également clairement inspirés par la nature, les paysages prenant une importance particulière dans un pays aussi extrême que l’Islande.

Les quatre salles de concert de l’auditorium correspondent chacune à l’un des éléments naturels. La salle principale, qui accueille l’opéra islandais et l’orchestre symphonique d’Islande, présente un décor rouge saisissant, qui nous emmène à l’intérieur d’un volcan rempli de lave. L’Eldborg, ou « château du feu » en islandais, du nom d’un cratère volcanique situé au sud-ouest de l’île, peut accueillir jusqu’à 1 800 personnes.

Le deuxième plus grand espace du lieu représente la terre et peut accueillir jusqu’à 850 personnes. Son nom, Silfurberg, qui se traduit par « roche d’argent », est le nom islandais du cristal de calcite caractéristique du pays.

Le troisième espace est consacré aux aurores boréales, Norðurljós ou Aurora Borealis, et peut accueillir jusqu’à 540 spectateurs, tandis que la dernière des salles, le Kaldalón (lagune froide ), représente l’eau et peut accueillir jusqu’à 195 personnes.